Véronique Olmi « un si bel avenir »

Publié le par bigoudene46

« Elle le savait depuis toujours et le ressentait pour la première fois, c’était presque un vertige : dans une vie, seules quelques personnes nous sont essentielles, seules deux ou trois choses sont importantes, le reste est une illusion, un peu de bruit, une peur bleue de la mort. Elle le sentait jusque dans sa chair, c’était enivrant, d’une intensité presque insupportable. Elle avait perdu trop de temps, trop d’elle-même dans des soucis mineurs, des angoisses dérisoires, des liaisons superficielles et des amours mal assemblées. »

Publié dans lire...

Commenter cet article